Les Poules

La poule est la femelle adulte de la race gallus gallus domesticus. Toutefois, nom vernaculaire, ce nom est donné généralement à la femelle de nombreux oiseaux que l’on qualifie alors avec l’espèce (Poule d’eau, poule faisane…).

Elle est depuis longtemps considérée comme l’animal indispensable dans la basse cours. Avec son coq bien sur. Elle fournis les œufs et les poussins de la prochaine génération. Généreuse la poule va couver tous les œufs que l’on va lui donner

(Œufs de canne, d’oie, de faisans…).

Poule rousse sur le pondoir

Utilisée comme poule pondeuse elle fournira les œufs destinée à la consommation humaine.

Pour notre part nous avons choisis un élevage de poule au sol. Composée de poules de race (Marrans, Coucou de Renne, Sussex, Barbezieux), de pondeuses (la rousse de l’INRA) et de cou nu (pour la chair) notre cheptel est varié et permet d’apporter de la gaieté et des couleurs dans notre basse cours.

Nous ne vendons pas de poules vivantes prêt à pondre, mais nous régalons régulièrement notre clientèle avec des poules de chairs vendues prêt à cuire. Dodue à souhait, bien grasse, âgée au minimum de 18 mois, ces poules ferons merveilles pour une poule au pot ou au riz.

La recette traditionnelle de la poule au pot d’Henri IV est fournie, ainsi que la manière de préparer un bon bouillon de poule qui remplacera avec avantage les bouillons cubes industriels du commerce qui sont de la M… lyophilisé.

Les os de la poule (au même titre que le cartilage de requin ou de raie) contiens une protéine très utile pour lutter contre le développement de l’arthrose.

Le bouillon de poule

Vous avez sans doute remarqué que tout bouillon réalisé avec des os gélifie en refroidissant. Cette gélatine, extraite des cartilages, ligaments et os, renferme de précieux nutriments, dont la présence explique les bienfaits du bouillon communément observés : meilleure digestion des céréales, des laitages et des viandes chez les sujets fragiles ou hyper-sensibles. préparer votre poule, mngez là puis faite le bouillon avec la carcasse.

Les acides aminés contenus dans la gélatine ont des effets anti-inflammatoires et sont des précurseurs de collagène, lequel assure la cicatrisation et croissance des tissus. Plus précisément, la glycine produit divers effets protecteurs et anti-stress. Elle favorise une rémission plus rapide lors d’accident cardiaque, facilite le sommeil, l’apprentissage et la mémorisation. Elle peut aussi prévenir et soulager l’inflammation. Son rôle sur les pathologies est donc double : dans un premier temps, elle soulage la douleur et au long cours, elle intervient dans la restauration des cartilages.

L’intérêt du bouillon tient aussi aux ingrédients d’accompagnement qui en font une potion alcaline. Les herbes et aromates (thym, romarin, sarriette, serpolet, laurier, girofle… ) sont essentiels : ils favorisent aussi la digestion, agissent comme anti-infectieux et apportent chacun leurs propriétés spécifiques. De même, parmi les légumes, qui apportent leur charge minérale alcaline, ceux contenant des composés soufrés (oignons, navet, chou…) optimisent la digestion, renforcent le caractère anti-inflammatoire de l’ensemble et assurent une action optimale du collagène. Enfin, l’ajout d’un peu de vin blanc, de jus de citron ou de vinaigre de cidre, permet une extraction maximale des nombreux minéraux contenus dans les os.

 La recette du bouillon

Dans un généreux faitout contenant plusieurs litres d’eau froide, déposer une carcasse de volaille ou un ensemble d’abattis (l’important ici, ce n’est pas la chair, mais les os, tendons, ligaments, tissus conjonctif, peau…), des légumes (selon la saison : carottes, oignon, navet, courgette…), de l’ail, du thym, du laurier, quelques clous de girofle et un verre de vin blanc sec (ou vinaigre de cidre ou jus de citron), du poivre…
Porter à ébullition et laisser tout juste frémir pendant 2 à 3 h. Ajouter le sel en fin de cuisson.

Laisser un commentaire