Canards et oies

Nous avons un étang,  il était donc naturel pour nous de prendre quelques canards et oies pour le peupler. Alors nous avons fait l’acquisition de canards de barbarie, de canards demi-sauvage et d’oies de Toulouse et blanches. Nous avons fait le choix de les laisser en liberté sur l’étang, sans bâtiment et sans aménagement, afin de profiter d’un espace le plus sauvage possible.

La première année nous avons été vite dépassés, après la période de couvaison, par le nombre de canards qui se sont multipliés, pour ne pas dire démultipliés. Notre clientèle locale a pu ainsi bénéficier de bons canards.

Les oies sont réservées à la fabrication de rillettes lorsque nous tuons le cochon et ne sont pas vendues. Il est possible que prochainement nous nous lançions dans la fabrication de foie gras, sans gavage, juste par l’apport d’une alimentation très riche.

La deuxième année, la demande de canards était telle, que nous avons fait l’achat d’une couveuse pour pouvoir augmenter la production. Les canes couvent, mais la prédation est importante. En effet, les corneilles et hérons cendrés se gavent de canetons. A certains moments, cette prédation atteint plus de 70 %, voir 100 %  sur certaines couvées de demi-sauvage.

Oui, Elle mange les canetons, mais quand elle se casse la patte, nous la sauvons.

La couveuse permet ainsi  de protéger les naissances pendant 3 semaines en donnant un caneton suffisamment gros et difficile à attraper pour devenir le déjeuner des oisillons environnants.

C’est un bonheur de voir ces canetons se lancer dans l’eau et barboter ou de les voir courir dans l’herbe.

En dehors de ce que les canards trouvent sur l’étang et autour (herbe, hannetons,  escargots…), nous les nourrissons avec les mêmes aliments que les poulets.

Comments are closed.