La propolis

Pour débuter cette page sur la propolis faisons encore une fois appel à Wikipédia.

« L’origine du mot propolis est associée au grec pro qui signifie « devant, en avant de », et polis, « la cité » (allusion à la réduction de l’entrée de la ruche avec de la propolis pour défendre la colonie).

La propolis est un complexe fabriqué par les abeilles à partir de leurs sécrétions et d’une série de substances résineuses, gommeuses et balsamiques. De consistance visqueuse, elle est recueillie par les abeilles sur certaines parties de végétaux. Les principales essences produisant de la propolis sont des conifères (écorce des pins, sapins, épicéas) et les bourgeons de plusieurs espèces d’aulnes, de saules, de bouleaux, de prunier, de frênes, de chênes et d’ormes, de peupliers (qui semblent être la source la plus importante) et du marronnier d’Inde.

L’ouvrière transporte cette résine dans les corbeilles de ses pattes arrières (de la même façon que le pollen). Ces pelotes sont d’une couleur allant du jaune-clair au vert-brun. Celles-ci ne sont pas stockées dans les alvéoles mais utilisées aussitôt par les maçonnes. Ces dernières les modifient en partie, par l’apport de leurs propres sécrétions (cire et sécrétions salivaires principalement), et, l’appliquent au besoin. Plus l’endroit est chaud, plus le pourcentage de cire est important (la propolis étant visqueuse et collante aux alentours de 20 °C et devenant dure et cassante avec le froid ou le vieillissement). Il est donc logique de retrouver une propolis plus concentrée au niveau du trou d’envol et sur la tête des cadres.

Dans la ruche, la propolis a de multiples usages. C’est un mortier qui sert au colmatage des fissures ou interstices, à l’étanchéité (face à l’humidité et au développement des moisissures), au renforcement de rayons ou parties défectueuses de la ruche et à la protection de la colonie par la réduction de l’entrée de la ruche. C’est également un vernis aseptisant déposé en fine couche à l’intérieur des cellules avant la ponte de la reine, ou pour lisser les parois intérieures de la ruche. Elle sert aussi à momifier les animaux intrus et morts (rats et souris par exemple) trop gros pour être évacués par les abeilles évitant ainsi leur décomposition. »

La récolte de la propolis s’effectue par grattage sur les cadres de la ruche et par l’utilisation d’une grille à propolis qui permet une meilleure récolte. Une ruche va produire entre 100 et 300 gramme de propolis par an. C’est donc un produit rare. La propolis pure se négocie à plus de 1200 € le kilo. Elle est donc une source de revenu certaine pour l’apiculteur professionnel.

Nous avons choisis de préparer notre propolis en teinture mère pour obtenir un extrait alcoolique dense de propolis avec 43 % de matière active. C’est à dire que nous allons faire macérer la propolis dans de l’alcool à 70 °, dans de l’eau de vie de cognac en fait, c’est meilleur que de l’alcool dénaturé, pour moitié d’alcool et moitié de propolis, pour en extraire tous les principes actifs. Après avoir été soigneusement filtrée, elle sera mise en flacon de 30 ml avec pipette. Peu agréable au goût et amer, la teinture mère de propolis se prend sur un sucre ou dans un peu d’eau. Une goute matin midi et soir au début de l’automne et pendant l’hiver par période de 15 jours et vous éviterez tous les petits problèmes de rhume, d’angine, de rhinite…

Les bienfaits de la propolis sont réputés et elle est utilisé depuis l’antiquité. Les égyptiens s’en servait pour momifier et les romains comme cicatrisant. On en retrouve trace partout dans les précis de médecine antique et jusqu’à récemment. Elle trouve aussi sa place en médecine chinoise. Elle est tombé dans l’oubli et le mépris après la découverte de la pénicilline et des antibiotiques, avec l’avènement de la médecine chimique moderne.

Toutefois, la propolis brute ou sous forme de teinture-mère reste un très puissant anti-infectieux (antifongique, antiseptique, antibiotique). Elle a de plus un pouvoir anesthésique, cicatrisant et anti-inflammatoire et augmente le métabolisme cellulaire.

Elle est aujourd’hui un espoir pour lutter contre le staphylocoque dorée, qui ne la connaissant pas, ne lui résiste pas encore.

En aucun cas elle ne devra être utilisé en curatif sans l’avis d’un médecin. Elle reste un excellent produit de médecine préventive, comme une bonne alimentation ou les tisanes…

En fait, elle ne contient pas moins de 400 composés, dont un grand nombre de substances agissant en complémentarité. Dont :

  • Flavonoïdes: ce sont des pigments végétaux, anti-microbiens, antifongiques et antispasmodiques (chrysine, pinocembrine, galangine, quercétine…)
  • Composés phénoliques et aromatiques: ils ont chacun leur activité spécifique, et globalement ont une action antibactérienne, immunostimulante et antifongique (acides caféique, benzoique, cinnamique, coumarique…)
  • Huiles essentielles: pinène, eugénol, guiaol et autres sont bien connus pour leur puissance antiseptique

En savoir plus sur les éléments actifs de la propolis

Nous utiliserons les extraits mous, résidus de la filtration, pour permettre à nos poules et poulets d’être en bonne santé. Ces extraits mous sont habituellement retravaillé avec une nouvelle macération dans l’alcool.L’extrait ainsi obtenu est celui qui est généralement utilisé pour les crèmes et savons.

Comments are closed.