Les abeilles

Pour le plaisir des yeux.

Autrefois, lorsque les paysans étaient encore des Hommes de la terre, il y avait un rucher dans chaque ferme. Le miel apportait le sucre, la cire des bougies, la propolis et le pollen pour le bien être et les soins, et bien évidemment les abeilles faisaient leur travail de butineuses et nous apportaient de belles récoltes.

Aujourd’hui, un essaim dans une ferme est considéré comme une gêne. On appelle les pompiers ou un apiculteur pour se débarrasser de ces encombrantes petites bêtes qui piquent et bourdonnent. Nous souhaitons renouer avec cette tradition ancienne qui voulait que chaque ferme ait des ruches. Notre objectif est de disposer à terme de 12 à 15 ruches.

Nous sommes effrayés de voir les producteurs de fruits et de légumes acheter des bourdons pour polliniser leur arbres et plantes. Nous sommes effrayés de les voir ensemencer leur serres et champs avec des pesticides et insecticides qui tuent abeilles, bourdons et autres pollinisateurs (guêpes, coléoptères, mouches et papillons). Ils massacrent leurs propres ouvriers et en achètent pour survivre.

En Chine, dans les plantations d’arbres fruitiers, la situation est telle que ce sont des hommes qui pollinisent les arbres. Or, une ruche butine jusqu’à 225 000 fleurs en une journée soit 500 fleurs par abeille. Bon courage!!!

En 2011, deux ruches ont été installées sur l’exploitation et c’est ainsi que nous avons appris les bases de l’apiculture. Comment soigner les nouveaux pensionnaires, la récolte du pollen, de la propolis, et bien sûr du miel. En 2011, 25 kilos de miel ont été extraits avec deux ruches. En 2012, la récolte fut catastrophique mais en 2013 avec 5 ruches nous avons extrait 130 kilos de miel.

Laisser un commentaire