Qui sommes nous

Si vous ne changez pas en vous-même ne demandez pas que le monde change

 

Produire une volaille de ferme, dans le respect de l’animal et de l’environnement pour vous apporter le meilleur produit.

 

Photo prise par Christophe Mariot

Aborder l’agriculture comme une industrie, voie sans doute nécessaire pour nourrir la planète, dissocie l’agriculteur de son territoire. Il devient un intermédiaire d’une industrie agro-alimentaire qui le broie. Il est aujourd’hui le tâcheron de la grande distribution et perd, ou à déjà perdu, tout pouvoir dans ses choix et ses techniques de production.

 Bien sur il reste un chef d’entreprise, un sous traitant, un producteur de matière première, mais est-il encore maître de son exploitation ? Ou est sa fierté dans son produit ? Sait-il encore comment cultiver la terre sans Monsento ou Bayer, sans les techniciens des coopératives. Maîtrise-t-il encore son avenir ? Il vit aujourd’hui de subventions parce qu’il ne contrôle plus rien. Il est couvert de dettes parce qu’il est dans une course au productivisme sans fin où il perd son âme, celle du terroir.

 Face à ces questions, nous avons choisi, Bénédicte et moi-même, d’être exactement l’inverse d’un agriculteur « moderne ». Nous avons choisi d’être des PAYSANS, de ceux qui fondent un pays ou une région, une zone géographique et culturelle. Nous avons choisi de mettre les mains dans la terre et dans la fiente, nous avons choisi de tout contrôler, de la production à la vente en passant par la transformation, nous avons choisi de créer un environnement homogène de production où les déchets de l’une sont les intrants de l’autre.

Bien sûr ce n’est pas simple, c’est peu rémunérateur, cela demande plus de travail, de réflexion et de temps, mais à la fin nous avons la satisfaction de bêtes saines et bonnes, de légumes et de fruits savoureux et riches, sans chimie ou OGM.

C’est cela que nous vous faisons partager dans nos produits.

Car au delà de la nécessité de vivre, et donc de vendre, notre objectif est de partager avec vous cette volonté de bien faire, de vous offrir ce terroir qui déserte les campagnes pour les usines à bouffes, Poulet industriel, l’usine à bouffe par excellence, au nom du toujours plus de « pognon ».

Bénédicte et Gil-Hugues GARNIER

Laisser un commentaire